Les ponts sur les canaux

Pendant le voyage qui m'a conduit de Mareuil sur Ay, près d'Epernay en Champagne,  à Melay, j'ai passé avec ma péniche 200 écluses sur les 640 km de trajet. Combien de ponts ? Je n'ai pas compté, mais c'est incontestablement beaucoup plus !
Sur les canaux, on ne rencontre pas de ponts romains ou gallo-romains, bien sûr, mais nombreux sont ceux qui accusent le même âge que la voie d'eau, c'est à dire la plupart du temps, plus d'un siècle...
Je ne prétends pas être exhaustif, mais avant de parler de ceux du canal de Roanne à Digoin - mon nouveau domaine - voici un aperçu de ce que j'ai pu rencontrer au cours de ces quinze dernières années !

ponts sur les canaux, péniche d'argile et d'eau, francis dumelié

Il n'y en a plus beaucoup, de ces ponts pas mal mangés par la rouille, mais beaucoup d'autres sont modernes et en pleine forme...

ponts sur les canaux, péniche d'argile et d'eau, francis dumelié   ponts sur les canaux, péniche d'argile et d'eau, francis dumelié   ponts sur les canaux, péniche d'argile et d'eau, francis dumelié

A gauche,  le pont levant suit un pont canal franchissant ici la Marne. En circulant sur une péniche,  les ponts s'ouvrent devant nous, comme les barrières des passages à niveau se ferment à l'arrivée des trains...


ponts sur les canaux, péniche d'argile et d'eau, francis dumelié

ponts sur les canaux, péniche d'argile et d'eau, francis dumelié

On rencontre aussi de bien jolies passerelles piétonnes, plus fréquentes en ville qu'en rase campagne :


ponts sur les canaux, péniche d'argile et d'eau, francis dumelié   ponts sur les canaux, péniche d'argile et d'eau, francis dumelié   ponts sur les canaux, péniche d'argile et d'eau, francis dumelié  
     
La passerelle du Grand Jard, à Châlons en Champagne.                                                                                                      A droite, l'une de celles du canal St Martin à Paris
Les ponts ont été de tous temps des passages stratégiques, qu'ils enjambent des rivières, fleuves ou canaux. Après les ponts en bois, ceux en pierre, plus solides,
n'ont pas été épargnés par toutes sortes de catastrophes. C'est dans la seconde moitié du XIX° siècle que le développement de l'industrie sidérurgique
a vu naître les ponts en poutrelles métalliques, et ainsi sont faits la plupart de ceux qui franchissent nos canaux.
A titre documentaire, voici ce qu'écrivait en 1887 un auteur dans la revue scientifique Le Cosmos :

Le pont métallique de Fumay. 1887 Article de B.Bailly Le Cosmos 21 mars 1887
Les ponts métalliques tendent peu à peu, sinon à remplacer les vieux ponts en pierre, qui, solidement assis sur leurs bases, n'ont aucune raison de leur céder la place, du moins à se substituer à ces coûteuses constructions dans les nouveaux devis des ingénieurs
Il est permis de regretter ces monuments de pierre, d'une durée pour ainsi dire illimitée et qui donnaient l'occasion de réunir dans un effort commun les conceptions de l'architecte et celles de l'ingénieur.
Avec les ponts métalliques, notre époque ne laissera guère à nos descendants que le souvenir de la hardiesse qui les a fait entreprendre. Par la nature même des matériaux qui les forment, ils sont voués à une destruction tellement rapide, que l'on est obligé de faire entrer en ligne de compte l'amortissement en quelques années de la construction de leurs parties métalliques.
Les artistes, les conservateurs, n'aiment pas plus les ponts en fer qu'ils n'aiment les tours de 300 mètres, et nous venons d'exposer la cause à leur point de vue.

Pauvre homme ! s'il avait pu prévoir le devenir de la Tour Eiffel et la durée de ces ponts métalliques...

Jetons un coup d'oeil sur ce fameux pont de Fumay dont l'histoire résume assez bien les péripéties de ces indispensables constructions.

ponts sur les canaux, péniche d'argile et d'eau, francis dumelié    ponts sur les canaux, péniche d'argile et d'eau, francis dumelié

Ces deux gravures illustrent l'article cité. Construction du pont métallique en 1866.
Bien sûr, en 1914, il est détruit, très exactement le 18 août. N'oublions pas que la dynamite a été inventée en 1866, et s'est avérée très commode pour démolir n'importe quel pont.
Il fut reconstruit en 1925, puis à nouveau détruit le 12 mai 1940 pour causes identiques à la fois précédente, empêcher le passage des troupes allemandes.
ponts sur les canaux, péniche d'argile et d'eau, francis dumelié
ponts sur les canaux, péniche d'argile et d'eau, francis dumelié

Ce sont les guerres qui ont consommé le plus de ponts, et imaginez le traumatisme des ingénieurs des Ponts et Chaussées qui, après avoir réussi des prouesses en terme de portée, de solidité, de durabilité, ont été obligés de prévoir le dynamitage de leurs oeuvres, afin qu'après les avoir rendues inutilisables, leur réparation soit possible...Ainsi, des zones de fracturation ont été prévues, zones où déposer les cartouches d'explosifs...

ponts sur les canaux, péniche d'argile et d'eau, francis dumelié    ponts sur les canaux, péniche d'argile et d'eau, francis dumelié

Le pont SNCF sur le canal latéral à la Marne, à Ay, dynamité en septembre 1914, par les Allemands, cette fois, en route vers Reims .
 A droite, le pont actuel. On notera que la barrière du canal est d'origine !

Mais revenons à nos ponts familiers, ceux du canal de Roanne à Digoin...

ponts sur les canaux, péniche d'argile et d'eau, francis dumelié    ponts sur les canaux, péniche d'argile et d'eau, francis dumelié

Bien peints ou un peu négligés, ils sont solidement appuyés sur des culées en maçonnerie et enjambent en général, en plus du canal, une voie au moins permettant aux 
chevaux de trait de haler les bateaux sans avoir à détacher  le verdon de halage pour que les animaux franchissent le pont par le plan incliné.
    ponts sur les canaux, péniche d'argile et d'eau, francis dumelié    ponts sur les canaux, péniche d'argile et d'eau, francis dumelié
Mais parfois, comme ici au pont de la Belle Marinière, aucun passage pour le cheval. 
On trouve alors dans les piliers la trace du câble de halage qui nous rappelle que les automoteurs ne sont pas si anciens que ça ! Le cheval montait à la hauteur du pont par le plan incliné, et redescendait de l'autre côté, le câble frottant contre le pilier. Ensuite, on détachait le verdon pour reprendre l'attache une fois que la péniche avait passé le pont.
Sur celui  qui est juste en amont de Melay, on trouve un curieux dispositif

ponts sur les canaux, péniche d'argile et d'eau, francis dumelié    ponts sur les canaux, péniche d'argile et d'eau, francis dumelié   ponts sur les canaux, péniche d'argile et d'eau, francis dumelié
J'ai tracé en rouge le chemin du câble qui, sans fin, devait permettre de faire passer le verdon de halage sous le pont, en tournant la manivelle, 
sans avoir à dételer le cheval. Ce qui semble bien inutile sous ce pont particulier, puisque chaque côté du canal comporte assez de largeur 
pour que passe le cheval...
Mystère présenté à mon ami Charles Berg, qui sait tout sur les canaux, et il considère ce dispositif comme une des curiosités du canal, pas plus...
Tout ça, c'était juste pour compléter ce que je vous ai raconté sur les ponts-canaux...

Retour à la page d'accueil du site.





https://www.facebook.com/ponttournant